2 Décembre 1918

 

Le cousin

- La famille de François MICHEL ( décédé le 08/09/1918), reçoit un secours immédiat de 150 fr. payé à sa veuve, domicilié à Écuisses (Saône et Loire).

 

Arbre de Noël

Le Foyer alsacien-lorrain du Creusot organise pour le 24 décembre un Arbre de Noël qui serait offert aux orphelins de la guerre. Cette initiative sera un symbole touchant du lien d’affection et de reconnaissance qui unit nos frères libérés aux enfants aimés de leurs libérateurs. Son succès s’annonce dès à présent et de nombreux dont sont déjà parvenus aux organisateurs.

Nous donnerons incessamment le programme de la fête projetée.

 

Confolens

Le jeudi 5 décembre, à 8 heures du soir, une conférence publique sera faite dans la salle des fêtes par M. Édouard de Keyser, membre de la Ligue française et de la Société des gens de lettres, qui traitera le sujet suivant : «  Ce qu’il nous faut pour l’après-guerre. »

Pour retenir ses places, s’adresser à MM. Valeix et Garraud.

 

Comment les berthas tiraient sur Paris

Les autorités militaires bavaroises ont donné les renseignement suivants sur les canons à longue portée tirant sur Paris :

Les pièces furent construite avec des canons de marine munis d’une âme nouvelle. Cette transformation fut effectuée dans un temps relativement court. La préparation du tir dura de six à neuf mois. Le calibre du canon était de 21 centimètres. Le poids du projectile 150 kilos, la charge à peu près identique. L’angle du canon 65 degrés. Le projectile monte à 35 kilomètres. Il n’y eut pas d’essais, le tir fut basé uniquement sur des calculs.

 

 

1918-12-02 - La_grosse_Bertha___[estampe]_[