11 septembre 1918

 

 

Puteaux

Sous le tunnel de Cherbourg, on a trouvé, grièvement blessé, le jeune Pierre Blandin, seize ans, demeurant rue de la Fidélité, à Paris, qui était tombé de l’impériale d’un wagon. A Laënnec.

 

1918-09-11 - tunnel Cherbourg à Puteaux

La poste aérienne

Nice. Le premier essai officiel de poste arienne entre Nice et la Corse aura lieu lundi matin.

Le lieutenant Devaluez ira de Nice à Calvi.

 

Saint-Saviol

Vol d’une bicyclette. Le 31 août, M. Virrollaud, lieutenant au 94e d’infanterie, domicilié à Civray était venu à bicyclette prendre le train d’Angoulême à la gare de Saint-Saviol. Il déposa sa machine au garage du Café de la Gare et partit. Le lendemain, à son retour d’Angoulême, M. Virrollaud constat que sa bicyclette lui avait été soustraite. La servante de l’établissement n’a pu donner aucune explication sur cette disparition. Une enquête est ouverte.

 

Un As allemand tué.

Amsterdam. L’as allemand Schreiher a été tué sur le front français.

 

Bulletins officiels Allemands.

G.Q.G., 11 septembre 1918

Théâtre de la guerre à l’Ouest.

En repoussant, au Sud d’Ypres et au Nord du canal de La Bassée, des attaques partielle anglaises nous fîmes des prisonniers.

De nouvelles attaques des Anglais au Sud de la route Péronne-Cambrai donnèrent lieu à des combats sérieux au Sud de Gouzeaucourt et d’Epéhy. A certains endroits, l’ennemi atteignit nos lignes avancées, mais en contre-attaquant nous le rejetâmes, et 300 prisonniers restèrent ente nos mains. Des attaques partielles des Français qui eurent lieu à l’improviste, après une préparation de l’artillerie, des deux cotés de la route Ham - Saint-Quentin, furent repoussées.Combat locaux au Nord de l’Ailette. Entre l’Ailette et l’Aisne le feu d’artillerie prit, dans le courant de l’après-midi, une plus grande intensité. Dans la soirée l’ennemi entreprit de fortes attaques, mais elles s’effondrèrent devant nos lignes.

Berlin, 11 septembre 1918 soir. Journée calme sur les fronts de bataille.