7 août 1918

 

Les cousins

- Noël FUMERON (Usson-du-Poitou), caporal à la C.M. du 120e R.I. est cité % du régiment n° 443. « Très bon servant de mitrailleuses dévoué et consciencieux. Pendant les combats du 21 au 26 juillet s’est fait remarquer par des mises en batterie rapides, dans des endroits très avancés et très battus, afin de neutraliser les mitrailleuses ennemies. Croix de Guerre étoile de bronze. »

- Joseph TOUILLON (SSM 71), du 71e R.I., rentre au dépôt., après hospitalisation.

 

Saint-Maurice des Lions

Mort accidentelle.

La veuve Périllaud, 75 ans, demeurant Chez-Bayoux, commune de St-Maurice, étant allée laver du linge au ruisseau appelé le « Gire », sur lequel est placé une planche pour la traverser, est tombée accidentellement à l’eau et s’est noyé.

Des voisins ayant vu flotter un corps sur l’eau, s’empressèrent d’aller le sortir, mais la pauvre femme avait déjà succombé à l’asphyxie et fut transportée chez elle où la trouvèrent les gendarmes de Confolens, à leur arrivée.

La veuve Perillaud n’ayant jamais manifesté l’intention de se donner la mort, c’est bien à une cause purement accidentelle qu’elle doit être attribuée.

 

Foch Maréchal de France, Pétain médaillé militaire

Paris. En conseil des ministres, sur la proposition de M. Clemenceau, la décision a été prise d’élever le général Foch à la dignité de maréchal de France et de conférer la médaille militaire au général Pétain.

 

1918-08-07 - Le_Matin_ maréchal Foch