Dimanche 6 janvier 1918

 

Puteaux

Un jeune homme tue son père au cours d’une discussion.

Dans la nuit de dimanche à lundi, un nommé Eugène Lauer, 48 ans, domicilié 100, rue de la République, à Puteaux, était admis d’urgence à l’hôpital Laënnec et, en dépit de tous les soins, ne tardait pas à succomber.

Or, l’enquête a établi que c’est par son propre fils, Lucien, âgé de 18 ans, que le défunt avait été frappé.

Arrêté, le jeune homme a déclaré qu’il avait bien porté à son père un coup de «  pied de fer », mais que s’il avait agi ainsi c’était pour défendre sa mère et son oncle, Henri Dengremont, à qui Lauer voulait faire un mauvais parti.

 

1918-01-06 -puteaux-rue-republique

 

Le Creusot.

Vol – Un certain individu encore inconnu se trouvant dans la boucherie Lesavre, route de Couches, profita d’une minute d’inattention des propriétaires du magasin, pour retirer le carnet contenant toue la recette de la journée, qui se trouvait dans le tiroir-caisse. La somme volée est de 250 francs ; on recherche toujours le coupable.

 

Autre vol. Samedi dernier, on a pu constater la disparition de l’enfant Jésus de la Crèche de l’Église Saint-Laurent. Le voleur reste encore inconnu malgré les nombreuses recherches.

  

Général français tué en Macédoine.

Le général Colin, commandant en Macédoine l’infanterie d’une division, vient d’être tué d’un éclat d’obus.

Le général Colin, âgé de 54 ans, était un des officiers généraux les plus distingués de l’armée.