15 mars 1914

 

Au Maroc.
Rabat. Les colonnes Garnier, Duplessis et Savy sont rentrées sans incident.

Casablanca. Les épidémies de typhus et de variole, qui sévissaient gravement depuis plusieurs semaines, sont en décroissance notable.

Oudja, 14 mars. Le lieutenant-colonel Bertrand, commandant la région du Sud du Maroc-oriental, vient d'effectuer, à 100 kilomètres au Nord-Ouest de Bou-Denib, une reconnaissance jusqu'aux sources de l'oued Guir, région encore inexplorée. La colonne a visité également le bassin de deux autres rivières importantes de l'oued Ziz et de l'oued Kaiber, sortant également du grand Atlas.

Les vallées sont peuplées de nombreux ksours berbères, entourés de jardins de palmiers et d'oliviers. Les habitants ont envoyé des délégations pour saluer les troupes françaises et leur commandant ; ces populations paraissent gagnées de notre influence (Havas)

 

1914-03-15 oued ziz

 

Le raid hippique Biarritz-Paris

Toulouse 14 mars – dépêche particulière du « Matin ». Le raid hippique Biarritz-Paris se poursuit dans des conditions parfaites. Toutefois, quelques officiers dont les chevaux étaient fatigués, ont dû abandonner en cours de route.

Pour accomplir l'étape Tarbes-Toulouse, les 64 officiers concurrents se sont divisés en trois groupes. Les uns ont gagné Toulouse, par Boulogne-sur-Gesse et Lombez, les autres par Vic-de-Bigorre et Auch, enfin les derniers par Montréjeau et Saint-Gaudens.

Les arrivées au contrôle établi au quartier du 23e artillerie à Toulouse,n ont eu lieu dans l'ordre suivant :

10 h 30 du matin, sous-lieutenants Hugla et Hugueir ; 12 h., lieutenants Pichou et Morand-Monteil ; 12h30, sous-lieutenants Jacottet et Frichou ; 2h.35, lieutenant Escudier ; 3h.15. Lieutenant bures ; à 3h.20, MM. Halgouet, Le Cerf, Fabre, Saint-Preux, Delage, Caillat, Saint-Servan, Patureau-Mirand, Faynel, Bayard, Lepan, Demay, Sahuc, Duclos, De Bouillas, Lebrun, se présente en peloton compact ; 3h.40, s'incrivent MM. de Cartanac, Jabet, de Foucaud, à 3h.45, le capitaine de Belleville franchit la grille de contrôle ; à 3h.50, le lieutenant de Reaux ; à 4 heures, le commandant Peyneau arive souriant et dispos.

Les autres concurrents signent au contrôle de 5 heures à 7 heures du soir.

Manquent seulement à l'appel les lieutenants de Boiville, arrêté à Tournay par un accident de ferrure, et Vignaux, du 19e dragons, immobilisé dans le Gers par le mauvais été de sa monture. Le lieutenant Crespiat a été contraint de ralentir sa course et de faire reposer son cheval à Saint-Gaudens. Le départ de la troisième étape Toulouse-Limoges aura lieu demain matin, à 7 heures.