il y a un siècle, jour par jour

21 septembre 2017

Les cousins - La crise du papier s'aggrave - le bétail Charentais - Permissins exceptionnelles - vente de gibier

21 septembre 1917

 

Les cousins

- Léon GALLON (Le Vigeant), soldat au 20e R.A.C. est déclaré apte à faire campagne

- Émile ROUSSEAU (Savigné 86), soldat de la classe 1913 est maintenu service auxiliaire pour débilité générale.

 

La crise du papier s’aggrave sérieusement

Paris, 17 septembre. Les fabricants de papier norvégiens viennent d’annuler la majeure parie des contrats de papier passés avec la presse française, invoquant le cas de force majeur crée par le blocus sous-marin.

D’autre part, le gouvernement suédois, a prohibé la sortie du papier fabrique, ce dont les fabricants du pays ont pris prétexte pour résilier les contrats.

Le presse recevant de Scandinavie 50 % de sa consommation journalière les journaux vont être de nouveau obligés de réduire le nombre des pages si la situation ne s’améliore pas grâce à l’importation d’Amérique.

 

  

 

 

  

 

Le bétail charentais à Paris.

 

Les arrivages de bestiaux de la Charente au marché de La Villette, pendant le mois d’août 1917, ont été de : 82 vaux, 1,805 moutons et 349 porcs.

 

 

 

Permissions exceptionnelles.

 

Le président du conseil, ministre de la guerre, vient de décider que les militaires titulaires d’une permission exceptionnelle, motivée par un cas de maladie du père, mère, femme, enfants ou de frère sous les drapeaux, auront la faculté d’emprunter pour le voyage aller les trains de l’exploitation commerciale.

 

 

 

Vente du gibier

 

Le ministre du ravitaillement général a décidé que la vente du gibier serait interdite au même titre que la volaille les jours sans viande. Les expéditions peuvent être faites mais les marchands de gibier ne peuvent mettre en vente que les jours où la consommation de la viande est autorisée.

Posté par BENOIT-PERISSAT à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


20 septembre 2017

Les cousins - Foire - Le Creusot (divers)

20 septembre 1917

 les cousins

- Pierre CHARTIER (Champagne-Mouton 16), maréchal des logis au 2e Spahis est en opération au col de Touahar au Maroc.

- Lazare CONTASSOT (Charmoy 71), soldat au 157e R.I. est nommé caporal

- Jean ROY (Hiesse 16), soldat au 61e R.I.T., passe au 12e R.I.T.

 

Foire

Demain 21 septembre, foire à Pleuville, et à Verteuil ( 2 jours)

1917-09-20 _verteuil-le-champ-de-foire-et-leglise

 

Le Creusot

Le deuxième Boche retrouvé. Le deuxième prisonnier qui s’était évadé, ces jours derniers, a été arrêté alors qu’il prenait le train à Saint-Sernin.

 

Bras cassé. La septuagénaire Mme Rebichon s’est cassé le bras en descendant ses escaliers dans l’après-midi de samedi.

 

Nouvelle arrestation ; la police vient d’opérer une nouvelle arrestation ; le jeune Moreau Émile, habitant les Barraques, et travaillant ces temps dernier à Dijon.

Ce jeune malandrin est l’auteur de tous les cambriolages des biotes aux lettres que nous relations cet été.

Avec ses deux complices Garnier et Maltaire, il avait dérobé dans de nombreuses caves, une centaine quantité de vins fins, liqueurs, champagne, etc.

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 septembre 2017

Les cousins - fermeture des débits - Tentative d'évasion de Garros - récompense pour le premier US capturé - Le Creusot " mort".

19 septembre 1917

 

Les cousins

- Jean-Marie DESROSIERS ( Le Creusot), du 5e R.G., débarque à Bordeaux

- Martin Noël ETCHEBARNE, (Biarritz) soldat au 19e escadron du Train, passe en réserve de R.I.T.

1917-09-19 - cartes-postales-anciennes-biarritz-miarritz-poste-1914-champ

 

La fermeture des débits.

 

Des contraventions seront relevées contres plusieurs débitants qui gardent des militaires dans leur établissement après l’heure de fermeture.

 

 

 

Tentative d’évasion de Garros

 

L’ « Aftenblads », de Stockholm, apprend qu’un Suédois, du nom de Karl Holmberg, vient d’être arrêté en Allemagne, pour avoir tenté de faire évader le célèbre aviateur français Roland Garros.

 

 

 

Le kaiser met à prix la capture du premier soldat américain

 

Le haut commandement américain a été informé par les autorités militaires françaises que le kaiser a promis une récompense de 300 marks et trois semaines de permission au premier Allemands qui fera prisonnier un soldat américain.

 

Cette information fut fournie par des prisonniers allemands récemment capturés, qui déclarèrent que l’offre fut faite dans un ordre du jour à l’armée tout entière.

 

 

le Creusot

 

Mort accidentellement – Le nommé Phillipeau Pierre, âgé de 27 ans, charretier chez M. Ernest Berthier, a été victime d’un coup de pied de cheval alors qu’il conduisait une voiture de déménagement. Emmené immédiatement à l’Hôpital-Dieu pour y recevoir les premiers soins, il expira peu après.

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 septembre 2017

Le cousin (+) - Drame de la Jalousie - Foire - Agression au Creusot

18 septembre 1917

 

Le cousin

- Jean Baptiste BRUGUIER (Le Vigeant 86), zouave à la 1er Cie du 1er R.M.Z. est tué à Chattancourt (Meuse)

1917-09-18 - _militaria-cpa-guerre-1914-1918-verdun-2-cartes-chattancourt-chattaucourt-mort-homme-monument

 

Un drame de la jalousie.

 

Louis Gombault, vingt-quatre ans, 14, rue de Courbevoie, à Nanterre, rencontrant à Puteaux, Auguste Chiquet, trente-sept ans, 19, rue de Valmy, même localité, a tiré sur lui deux balles de revolver. Il est allé ensuite se constituer prisonnier. Mme Chiquet a été arrêtée peu après. M. Chiquet, dont l’état est grave, a été transporté à l’hôpital.

 

 

 

Foire

 

Demain 19 septembre, foire à Benest, et, Roumazières.

 

 

 

Le Creusot

 

Agression – M. Philaine se promenant dimanche soir, boulevard Saint-Sauveur, en compagnie d’une parente lorsqu’il fut renversé par un vigoureux coup de poing donne par un Chinois. Bien vite relevé le français remis aussitôt l’agresseur à la sa place ainsi que les deux Kollis, qui l’accompagnaient et qui voulaient se mettre également de la partie.

 

Une enquête a été ouverte.

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2017

Le cousin - Hôpitaux - ouverture de la chasse - Puppat et Matton portés disparus (aviateurs)

17 septembre 1917

 

le cousin

- Alfred BABIN (Ligugé 86), canonnier au 39e R.A.C., passe au 120e R.A.Lourde

 

Hôpitaux

Faute de blessés et de malades, un grand nombre d’hôpitaux de la Croix-Rouge de la région du Nord ont été déjà fermés ou vont l’être incessamment. Ceux de Dunkerque, Calais en partie, Hazebrouck, Béthune, Saint-Omer, Saint-Pol, Saint-Valéry-sur-Somme ont déjà fermé leurs portes conformément à la circulaire de M. Justin Godard supprimant les formations de moins de 50 lits. D’autres hôpitaux vont avoir le même sort.

 

Ouverture de la chasse

Le temps a été superbe, dimanche, mais… ( il y a toujours un mais) nos chasseurs se plaignent de la trop grande ardeur du soleil qui a fait terrer le gibier à poil, fatiguait les chiens, et les rendait nous, leur atténuait l’odorat etc.

Par contre, le temps alourdissait les perdreaux qui se laissaient approcher plus facilement. Toujours est-il que si, en général la chasse a été passable, elle dû être meilleurs en égard à la quantité de gibier… et à l’abondance des chasseurs. Nous aurons demain par la statistique de l’octroi, le chiffre des hécatombes de nos nemrods poitevins.

 

Aviateurs disparus.

Deux de nos meilleurs chefs d’escadrilles viennent de disparaître. Ce sont les capitaines Luc Puppat (photo) et Jean Matton (photo avion), qui étant partis livrer des combats en territoires ennemis ne sont pas rentrés dans nos lignes.

1917-09-17 Avaiteur_Cne_Luc-Pupat

1917-09-17 Captaine Jean MATTON aviateur b

1917-09-17 Captaine Jean MATTON aviateur

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 septembre 2017

Les cousins - nouvelles brèves - suicide à Chateau-Garnier

Dimanche 16 septembre 1917

 

Les cousins

- Henri BAUDET (Mauprevoir 86), soldat au 40e R.I.T., passe au 6e R.Génie

- Joseph JUILLET (Saint-Privé 71), zouave au 2e R.M.Z. part en Armée d’Orient.

- Louis VRIET (Asnois 86), soldat au 209e R.I.T., passe au 73e R.I.T.

 

Nouvelles brèves

- 5000 soldats australiens au front depuis le début de la guerre vont être envoyés en congé.

 - Un avion allemand a été descendu par erreur dans les environs de Clèves par les canons allemands

 Toute la région du Chili vient d’être dévastée par de terribles inondations. Trois millions d’habitants se trouvent sans asile.

 

Château-Garnier

Suicide d’un vieillard. Le 11 courant, M. Pierre Selon, âgé de 79 ans, demeurant chez son fils cultivateur à couture, étant aller au bourg de Château-Garnier dans la matinée, s’arrêta un instant à l’auberge Bon, puis se diriges vers Couture. Au lieu de rentrer à son domicile, le vieillard suivit les prairies le long du Clain et, a un endroit très profond il se jeta dans la rivière.

Son cadavre fut aperçu le soir, flottant à la surface de l’eau, par M. Seine.

M. Pierre Selon souffrait de deux hernies et c’est pour cela qu’il s’est suicidé. A l’auberge, après avoir bu une chopine, il avait dit à Mme Bon que « c’était la dernière qu’il buvait », mais l’aubergiste n’avait pas attaché d’importance à ce propos. On en a maintenant l’explication.

1917-09-16 _poitou-charente-86-vienne-chateau-garnier-place-animation

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2017

Oradour-Fanais ( le cahier des instituteurs ) - exécution du soldat Colnion - Mort du général Riberpray ( au front)

samedi 15 septembre 1917

 

Le cahier des instituteurs

Oradour-Fanais

agriculture

15 septembre 1917

Pendant l’année 1917 les travaux se sont faits encore péniblement. Les militaires des vieilles classes mis en sursis ont à peine remplacé les conscrits de la classe 1918 et les récupérés appelés sous les drapeaux. Malgré tout, aucune récolte na été abandonnée, chacun, ayant fait tout son possible et dans bien des travaux les femmes ayant remplacé les hommes.

 

vivre

Depuis que les meuniers font rendre 85 % à la farine de blé et que le boulanger y ajoute encore de la farine d’orge ou de maïs, le pain est très mauvais. Certaines personnes souffrent beaucoup de l’estomac

  

Haute-Vienne

Le soldat Colnion, un jeune militaire du 43e de ligne, originaire du Nord, condamné à mort par le conseil de guerre de la 12e région pour intelligences avec l’ennemi, a été passé par les armes jeudi matin au terrain de manœuvres du Mas-de-L’age.

 

Un général Français mort au Champ d’honneur.

Le général Riperbray a trouvé un mort glorieuse le 11 septembre.

Appartenant à l’arme du génie, breveté, il a vait été professeur adjoint à l’Ecole de guerre et avait appartenu comme sous-chef au cabinet de M.Maurice Berteaux au ministère de la guerre.

Promu général de brigade au bois Le Prêtre, le général Riperbray avait depuis lors reçu la troisième étoile.

 Note :

ARGONNE - Meuse

128e D.I. ( 167e R.I, 168e R.I., 169e R.I.) (régiments où se trouvent des collatéraux)

L'artillerie ennemie continue à battre de violemment le secteur de la division.

Vers 10h, le général Riberpray (1861-1917), qui s’était rendu dans nos nouvelles premières lignes, est frappé à mort par un obus, vers l’interception de la tranchées des Renards et du boyau du casque.

Dans l’après-midi, le colonel Girard va prendre, au P.C. Alsace, le commandement de la division ; le lieutenant-colonel Chepy prend celui de l’infanterie divisionnaire au P.C. Chemintz.

Vers 20 heures, après un engagement par artillerie de campagne et de tranchée, l’ennemi prononce une attaque contre la tranchée du Turkesten, mais ne parvient pas à aborder notre ligne.

Pertes :

167e R.I. : 1 tué, 13 blessés

168e R.I. : 8 tués ( dont 1 officier), 35 blessés, 2 disparus

169e .RI. : 6 tués, 20 blessés.

1917-09-11 + du général Georges Emile Joseph Riberpray ( 128e D

Posté par BENOIT-PERISSAT à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 septembre 2017

Les cousins - mouvement dans les commissariats - la Chasse et les Mobilisés.

14 septembre 1917

 

Les cousins

- Léandre MARTIN ( Sommières du Clain), soldat au 67e R.I.T., est détaché aux travaux agricoles, il est âgé de 48 ans.

 - Jean-Marie DESROSIERS ( Le Creusot), sapeur au 5e R.G., embarque pour la France, depuis Casablanca.

1917-09-14 - maroc-casablanca-vers-1917

 

Mouvement dans les commissariats.

 

Est nommé commissaire de police, à partir du 1er octobre, M. Mignonneau (Puteaux).

 

  

 

La chasse et les mobilisés.

 

Le ministères de l’agriculture communique l’avais suivant :

 

« Les détachés aux travaux agricoles ne sont pas dispensés du permis de chasse (droit commun). Toutefois les détachés de la catégorie B qui ont droit à une permission de détente sont dispensés, au cours de cette permission, de l’obligation du permis.

 

Les détachés aux travaux agricoles étant astreints au travail ( militaires en service commandé), sauf les dimanches et jours fériés, la chasse leur est interdite les autres jours.

 

Les autorités civiles et militaires chargées de leur surveillance, qui les surprendraient en action de chasse en dehors des dimanches et jours fériés, auront à leur en prescrire immédiatement l’interdiction. S’ils ne se conformaient à cet ordre, le fait serait signalé à la commission départementale de la main-d’œuvre agricoles qui aurait à prendre contre eux, toutes sanctions nécessaires. »

1917-09-14 - _guerre-1914-casablanca-entree-du-port-animee-maroc-cpa-envoi-militaire-du-114e-colonial-14e-cie-a-taza-militaria

Posté par BENOIT-PERISSAT à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 septembre 2017

Bois-Colombes accident d'auto - Fuite de Boches au Breuil (71) - verbalisation pour transport de laine - Le bétail Charentais.

13 septembre 1917

 

Accident d’auto

A Bois-Colombes, au cours d’une collision qui s’est produite aux Quatre-Routes, entre deux automobiles, Mme Marceline Goulou, d’Argenteuil, et Mme Jeanne de Cumen, demeurant à Puteaux, ont reçu d’assez graves contusions. Elles ont été transportées à leur domiciles après avoir reçu les soins nécessaire au poste de secours.

 

1917-09-13 - colombes-n-19389-les-4-routes-boulangerie-grande-epicerie-cordonnerie-des-4-routes

 

Le Breuil (Sâone et Loire)

Fuite de Boches.

Deux prisonniers allemands travaillant aux Aciéries Breuil se sont enfuis au cours de leur travail, profitant de l’éloignement de leur surveillant.

 

Champagne-Mouton.

Le 7 septembre, au marché de Champagne-Mouton, les gendarmes ont verbalisé contre 7 marchands ou cultivateurs, pour achat ou transport de laine brute sans autorisation.

 

Le bétail charentais à Paris

Pendant le mois de juillet 1917 il est arrivé de la Charente, au marché de La Villette : 20 bœufs, 59 veaux, 1.117 moutons et 280 porcs.

 

 

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 septembre 2017

Les cousins - Accident mortel au Creusot - Les envois à nos prisonniers - Les installations de repos dans les gares (poilu)

12 septembre 1917

Les cousins

- Ovide DUFEND (Le Vigeant 86), soldat au 69e R.I.T., passe au 86e R.I.T.

- Narcisse GERBEAUX (Lizant 86), déserteur est condamné par le conseil de Guerre de la 12e région.

 

Le Creusot.

Accident mortel. Samedi soir, vers 3 heures, le nommé Dupard, 54 ans, demeurant rue de Marmagne, chef d’Équipe, aux réparations du service des Presse et Pilons, a été serré et étouffé conter une colonne parle pied d’un pont roulant en manœuvre.

Relevé inanimé et transporté à l’Hôtel Dieu, il est mort peu après.

 

Les envois à nos prisonniers.

Le ministère des affaires étrangères communique la note suivante : « Le transport des envois destinés aux prisonniers français en Allemagne qui avait té pendant quelques jours interrompu, a repris son cours régulier et fonctionne à nouveau normalement.

 

Les installations de repos dans les gares

Le ministre de la guerre vient de donner des instructions en vue de créer dans les gares ou aux abords immédiats des gares dans lesquelles les permissionnaires sont obligés de stationner, des installations permettant à ces militaires de se reposer convenablement et de se réconforter. Les installations existantes seront améliorées et complétées s’il est nécessaire.

Pour les gares où les arrêts sont prolongés, il est prévu des abris comportant des dortoirs avec lavabos et water-closets, ainsi que des cantines pouvant fournir des repas avec aliments chauds.

Dans celles où les arrêts sont de coure durée, les permissionnaires trouveront des buvettes distribuant des boissons hygiéniques et des aliments froids.

Ces installations ou améliorations devront être réalisées dans le plus bref délai.

 

1917-09-12 - dijon-poilus-palace-cantine-salle-de-repos-installee-en-gare-pour-les-soldats-en-transit

 

 

Posté par BENOIT-PERISSAT à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,